mardi 8 avril 2014

Un Millier de Fils



Et un roman de la BL de plus à mon actif ! Pour être franc, ça faisait bien longtemps qu’il traînait, quasi-inviolé, dans ma bibliothèque. Je l’avais commencé, et ça m’avait gavé…
Quelle erreur ! Déjà, c’est Graham McNeill aux commandes. Certains préfèrent Dan Abnett, mais pas moi. « Les Faux Dieux » m’ont bien plus plu que « L’Ascension d’Horus » par exemple.

Sans spoiler, puisque l’idée est de vous donner envie de le lire, on suit les errements des Thousand Sons des débuts de la fin de la Grande Croisade jusqu’à leur chute finale, en passant par le fameux Concile de Nikaea.



On y découvre Prospero, l’organisation de la légion et les tactiques de combat propres aux Thousand Sons. Le roman suit le découpage classique des livres sur l’Hérésie, alternant la vision de commémorateurs et celle des Astartes, en tête desquels Ahriman, le fils préféré de Magnus. Le Primarque, souvent présent, est relativement bien campé dans sa complexité, ses failles et son humanité.
Les scènes de bataille sont bien rendues, même si ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus à la base. Et d’autres Primarques viennent faire coucou, c’est toujours sympa (ou pas).

Au rayon « mystères et révélations », pas de coup de tonnerre fluffique, mais de petites accroches disséminées ça et là, comme toujours. Et un point de vue final intéressant et singulier dans l’histoire de l’Hérésie.

Du côté des faiblesses, les Astartes restent toujours aussi caricaturaux, tandis que les aventures des commémorateurs ne sont pas franchement palpitantes (et se terminent, ben, on dirait que l’auteur les a juste oubliés, en fait…). Et on a toujours et encore plus de mal à croire que l’Empereur est un super-grand-psyker-ultra-intelligent. Quelle tanche, celui-là ! Et pas gentil en plus, vu le sort qu’il réservait à son fiston. 
Et que dire de l’erreur finale de Magnus qui aurait pu :
1 - Eviter de se prendre la foudre en allant avertir Papa en vaisseau, et pas en faisant le malin.
2 - Rayer définitivement des cadres les Space Wolves avant même qu’ils arrivent (même s’il finit par dire pourquoi il ne le fait pas).

Ceci étant, une fois les premières pages difficilement ingurgitées, j’ai fini par le dévorer. Les Thousand Sons restent une légion extrêmement intéressante, et point besoin d’être Ahriman pour prévoir que FW va vendre des kilotonnes de résine quand ils vont les sortir…
Bref, je donnerai un bon 4/5 (attention, dans le cadre d’un roman de la BL, hein).

1 commentaire:

  1. Je l'ai lu il y a peu, c'est juste une tuerie, du début à la fin.

    RépondreSupprimer